Accéder au contenu principal

L'étincelle qui embrasa le monde


Rêves d'hiver au petit matin
 
Les printemps arabes vus par 50 écrivains et dessinateurs
Textes inédits et dessins receuillis par Bernard Magnier
 
Editions Elyzad 2012
 
Tunis, Tunisie
 
 
L’étincelle qui embrasa le monde

Malika Madi

« Ce jour-là, les agents municipaux lui avaient confisqué son outil de travail et l'un d'eux l'avait giflé. Il s'est alors rendu à la municipalité, puis au gouvernorat pour se plaindre, mais ici, à Sidi Bouzid, il n'y a personne pour nous écouter… »1

Mon frère était un homme simple, un homme de la terre que la terre a avalé l’année de ses vingt-six ans. Besbouss, c’est ma mère qui lui a offert ce surnom, s’était levé le matin, avait passé un peu d’eau fraiche sur son visage puis s’était longuement regardé dans le miroir. Une journée comme les autres, une journée de galère où gagner de quoi survivre est une gageure. Son rêve ? S'offrir une camionnette pour ne plus avoir à pousser cette charrette qu’il tentait d’achalander de fruits et de légumes frais pour ensuite aller les vendre sur les trottoirs de Sidi Bouzid. Mohamed, sa charrette et sa balance étaient nos seuls biens.

La mort de notre père, survenue lorsque nous n’étions encore que des enfants de la maternelle, nous révéla trop vite la brutalité du destin ingrat que la vie réserve aux indigents. Pendant sept ans, les sbires du pouvoir se serviront dans sa caisse, lui appliqueront des amendes ou lui confisqueront sa marchandise. Il faut connaître les bonnes personnes pour éviter les pots de vin ou les arrestations arbitraires. La pauvreté, à travers le monde, est une ignominie, quel qualificatif lui attribuer lorsqu’elle est subie dans un pays où la corruption est élevée au rang d’institution ?

Le 17 décembre 2010, nous nous étions levés à l’aube, comme tous

les matins. Mohamed avait passé un peu d’eau fraiche sur son

visage avant d’avaler, à la hâte, le café au lait bien sucré que je lui

 avais préparé. Il avait plongé son regard dans le mien. Je ne peux

pas expliquer pourquoi ce matin-là nous nous étions regardés aussi

longuement alors que jamais nous ne l’avions fait par le passé. Il a

 posé son bol dans l’évier. Par pudeur, je n’ai pas levé les yeux sur

son visage, mais juste aperçu sa main droite et l’index qui effleurait
 
le reste de la mousse de lait sur le bord extérieur de la tasse. J’ai

entendu la porte se refermer derrière lui puis le mouvement des

 roues de sa vieille charrette déchirer la quiétude d’un matin de

 décembre dans le nombril de la Tunisie. Lorsqu’il s’est éloigné,

 j’ai fermé les yeux et j’ai prié. Bien après sa mort, un grand
 
écrivain rédigea ces mots : « un homme simple, comme il y en a

 des millions, qui, à force d'être écrasé, humilié, nié dans sa vie, a

 fini par devenir l'étincelle qui embrase le monde ». 

1 Leïla Bouazizi, sœur de Tarek dit Mohammed.

2 Par le Feu, Tahar Ben Jelloun, éditions Gallimard

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Louis Ferdinand Céline et les femmes

Les femmes de Louis Ferdinand Céline

Immense écrivain du XXème siècle (« Voyage au bout de la nuit », publié en 1938, est considéré comme un chef-d'œuvre absolu et il l'est sans nul doute) Céline est malheureusement connu aujourd'hui (presque) essentiellement pour ses écrits et ses positions antisémites. Céline, cinquante ans après sa mort, continu a être une énigme pour les écrivains, les lecteurs et les littérateurs de tous bords. Il inventa un style, une langue, une nouvelle approche de l'écriture fictionnelle et son talent reléve, aux dires de certains, pratiquement du génie. Pour un travail que je consacre « aux muses d'écrivains », je suis penchée depuis plusieurs jours sur la biographie de Louis Destouches (son vrai nom), afin de mieux connaitre celles qui traversèrent sa vie. Édith Follet, qu'il épousa juste après la guerre de 14 et mère de sa fille unique, Colette. Élisabeth Craig une danseuse américaine qu'il rencontra en 1926 et qui sera la plus g…

Femmes entre Lettres, Pensées et Arts.

Je vous y attends nombreux pour un échange passionné et  passionnant, je l’espère.
J

Le vitriol comme arme de vengeance

Quel est l'acte le plus naturel pour une femme le matin que de se regarder dans le miroir, guettant sur son visage les bienfaits ou les stigmates d'une nuit reposante ou agitée ? Pour des centaines de milliers de femmes à travers le monde, cela relève du défi. Brulées à l'acide ou au vitriol (l' acide sulfurique pur se présente sous la forme d'un liquide incolore et inodore, le vitriol, par contre, est un acide sulfurique impur)ces victimes placent désormais dans les tréfonds de leurs priorités « l'image » et l'apparence. En Inde, en Iran, au Yémen, au Pakistan ( à Islamabad, l'ONG Acid Survivors Foundation, rapporte que ces trois dernières années, les cas de 279 personnes ont été recensés dans tout le pays ) sans oublier le Bangladesh, qui utilise ce produit en teinturerie et qui détient la première place sur le podium de cette pratique perverse( lors de la dernière décennie, Acid Survivors Foundation a recensé 2800 victimes, voire aussi leur site http…