Accéder au contenu principal

La robe de Marylin




Marliyn, victime de son image
La robe que Marylin Monroe portait dans le film « Sept ans de Réflexion » vient d'être vendue aux enchères 4,6 millions de dollars dans une salle de vente de Beverly Hills. 4,6 millions de dollars pour un drapé blanc et une fermeture éclair. 4,6 millions de dollars soit une somme largement suffisante pour ouvrir une bibliothèque, une école et un hôpital au Darfour, au Tchad ou au Sri Lanka (je n'ose même pas rêver de cette somme pour entreprendre les travaux du sublimissime Hôtel Particulier Losseau classé mais qui tombe en ruine à Mons !!!http://www.facebook.com/home.php#!/pages/Il-faut-sauver-la-Maison-Losseau/104759216275450 )

Que va faire le propriétaire d'une telle fortune avec cette robe, fût-elle celle de Marilyn Monroe ? La regarder ? La porter en fantasmant sur le corps de celle qui s'y glissa jadis et joua les fausses effarouchées sur une grille de métro lorsque la robe s'envola au passage du train en dévoilant ainsi ses jambes ? 4,6millions de dollars... Le rêve n'a pas de prix ! Mais la raison en a, elle (la robe ne fut pas le seul objet mis en vente ce WE à L.A, d'autres objets « mythiques » ayant appartenu à Julie Andrews, Audrey Hepburn etc. ont été vendus ). La raison donc ! Imaginons : je suis riche, très riche et je suis une inconditionnelle de tel ou tel artiste. Un objet lui appartenant est mis en vente (son premier biberon, sa voiture, sa brosse à dent...) je fais l'acquisition de l'objet convoité (payé comme il se doit une petite fortune), je le ramène chez moi et puis... Chez le fan, la groupie, l'admirateur effréné ou le collectionneur frénétique il y a à faire une vraie analyse du psyché, cela répondrait à bien des questions. Dans celles que je me pose, une me taraude plus que les autres : Pourquoi ne nous est-il plus possible, à un moment donné, de voir en l'Autre qu'un être humain avec sa grandeur mais aussi ses failles ? Quand cessons nous de le percevoir comme un simple mortel pour en faire un être immortel ? Je refuse une fois encore de m'improviser psychanalyste mais est-ce une manière, en projetant sur l'autre l'immortalité, d'apprivoiser notre propre mort ? Payer des millions de dollars un objet qui n'a qu'une valeur sentimentale ne serait-il pas comparable au doudou que serre l'enfant dans ses bras, la nuit, pour se sentir rassurer avant de s'endormir ? Hollywood est un leurre, je le sais pour avoir visité les studios Universal. Rien n'est plus factice que l'usine à cinéma. Décors en carton, villages, quartiers reconstitués mais pourtant source de rêve à travers le monde pour des millions de personnes. Wisteria Lane ; factice, Jurasik Park, factice (même ma fille de 7 ans n'a pas eu peur !) Retour vers le futur ; factice...

Des étudiants me demandent parfois : « Quel est votre écrivain préféré ? » je réponds : « je n'ai pas d'écrivain préféré, il y a des livres que j'aime plus que tout mais pas d'écrivain dont l'œuvre serait à ce point parfaite qu'elle susciterait en moi une admiration sans borne». J'aime marilyn Monroe pour sa fragilité, sa candeur, sa sensibilité à fleur de peau mais je déteste cette séduction outrancière qui fit d'elle un objet sexuel déshumanisé. J'admire Christian Bale pour son charme, son charisme, ses grands talents d'acteur mais abhorre ses colères d'une grossièreté sans nom. J'aime Balsac mais déteste sa misogynie etc.

4,6 millions de dollars ! Si j'avais 4,6 millions de dollars je ne sais pas ce que j'en ferais mais je sais ce que je n'en ferais pas !





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Louis Ferdinand Céline et les femmes

Les femmes de Louis Ferdinand Céline

Immense écrivain du XXème siècle (« Voyage au bout de la nuit », publié en 1938, est considéré comme un chef-d'œuvre absolu et il l'est sans nul doute) Céline est malheureusement connu aujourd'hui (presque) essentiellement pour ses écrits et ses positions antisémites. Céline, cinquante ans après sa mort, continu a être une énigme pour les écrivains, les lecteurs et les littérateurs de tous bords. Il inventa un style, une langue, une nouvelle approche de l'écriture fictionnelle et son talent reléve, aux dires de certains, pratiquement du génie. Pour un travail que je consacre « aux muses d'écrivains », je suis penchée depuis plusieurs jours sur la biographie de Louis Destouches (son vrai nom), afin de mieux connaitre celles qui traversèrent sa vie. Édith Follet, qu'il épousa juste après la guerre de 14 et mère de sa fille unique, Colette. Élisabeth Craig une danseuse américaine qu'il rencontra en 1926 et qui sera la plus g…

Femmes entre Lettres, Pensées et Arts.

Je vous y attends nombreux pour un échange passionné et  passionnant, je l’espère.
J

Le vitriol comme arme de vengeance

Quel est l'acte le plus naturel pour une femme le matin que de se regarder dans le miroir, guettant sur son visage les bienfaits ou les stigmates d'une nuit reposante ou agitée ? Pour des centaines de milliers de femmes à travers le monde, cela relève du défi. Brulées à l'acide ou au vitriol (l' acide sulfurique pur se présente sous la forme d'un liquide incolore et inodore, le vitriol, par contre, est un acide sulfurique impur)ces victimes placent désormais dans les tréfonds de leurs priorités « l'image » et l'apparence. En Inde, en Iran, au Yémen, au Pakistan ( à Islamabad, l'ONG Acid Survivors Foundation, rapporte que ces trois dernières années, les cas de 279 personnes ont été recensés dans tout le pays ) sans oublier le Bangladesh, qui utilise ce produit en teinturerie et qui détient la première place sur le podium de cette pratique perverse( lors de la dernière décennie, Acid Survivors Foundation a recensé 2800 victimes, voire aussi leur site http…